Prière pénitentielle

Dans ses Mémoires d’espérance qui viennent d’être publiées, Olivier Clément compare la communion à “des grains de feu qui peuvent s’éteindre s’il n’y a pas de vie spirituelle pour les accueillir”.

            Dans nos paroisses il y a deux attitudes face à l’Eucharistie – dans beaucoup de paroisses slavophones, russes ou serbes, la communion est rare et doit être précédée d’une préparation spirituelle sérieuse. Dans la plupart des paroisses francophones la communion est fréquente, sinon systématique, ce qui répond mieux aux règles établies par l’Eglise, puisque un clerc – prêtre ou diacre peut être sanctionné s’il assiste à une liturgie sans participer à l’Eucharistie (sans raison valable). Ce qui vaut pour les clercs s’applique avec un peu moins de sévérité aux laïcs. La communion fréquente est donc non seulement un bien, mais elle est nécessaire.

            Le danger peut venir d’une certaine forme de banalisation. Une préparation “à la serbe” avec jeûne et préparation intense étalée sur une semaine équivaudrait pour ceux qui désirent communier à chaque liturgie à un carême perpétuel qui ne semble pas recommandable. Une préparation qui se limiterait au seul jeûne eucharistique depuis le samedi-minuit est insuffisante. Nous prions pour que la communion ne nous soit ni jugement, ni condamnation. Pour éviter la banalisation, certaines paroisses russes font précéder chaque liturgie d’une prière pénitentielle qui a un peu l’aspect d’une confession collective, mais n’en est pas une, et ne peut en aucun cas remplacer la confession individuelle. Les fidèles viennent à l’église une demi-heure avant le début de la liturgie et écoutent le prêtre énoncer les fautes que nous commettons tous et demandent pardon à Dieu. Les circonstances font que cette tradition ne peut être instituée que progressivement et en fonction des attentes des paroissiens. Dans notre communauté il semble difficile de la mettre en place, ne serait-ce que pour des raisons simplement matérielles. Dans un premier temps il vous est proposé de lire, si possible le matin, avant la liturgie, une ébauche de prière pénitentielle qui ne sera pas une traduction de celles en vigueur en Russie, mais une adaptation libre en fonction des réalités occidentales. Cette prière pénitentielle n’est qu’une première ébauche, très imparfaite qui sera remaniée et, si possible améliorée avec votre aide. Une “version originale” parmi d’autres est jointe à titre documentaire pour les russophones.

PRIERE PENITENTIELLE

            Nous péchons constamment contre Dieu que nous évacuons de notre vie, dont Il est absent parce que cela nous arrange. Dès que nous sommes sortis de l’église, nous vivons comme s’Il n’existait pas. Nous pensons que nous croyons en Lui, mais nous n’en assumons pas les conséquences, et nous portons un contre-témoignage, car le Christ nous demande d’être le sel de la terre, alors que par notre attitude nous permettons à ceux qui ne croient pas, d’attribuer nos défauts à l’Eglise dont nous sommes membres. Si nous croyions vraiment en Dieu, nous serions conscients de Sa présence permanente et nous pécherions beaucoup moins: qui se livre à un excès de vitesse devant un radar, ou commet une infraction devant un représentant des forces de l’ordre, ou dit en face de quelqu’un tout le mal qu’il pense de lui ?

            Nous péchons contre Dieu quand nous lui accordons beaucoup moins de temps qu’à nos loisirs qui ne sont pas, eux-mêmes, toujours sources de régénération spirituelle, quand nous préférons lire un ouvrage ou une revue médiocres ou regarder une émission tout aussi médiocre plutôt que de consacrer un peu de temps à la prière ou à la lecture des Ecritures.

            Nous péchons contre Dieu quand nous oublions de Le remercier quand tout va bien, ou en tout cas, pas si mal. Quand nos prières ne sont qu’un catalogue de requêtes égoïstes.

            Nous péchons contre Dieu quand nous avons peur de l’avenir, parce que nous manquons de confiance en Lui.

            Nous péchons contre Dieu quand nous Le tenons pour responsable des malheurs qui nous arrivent ou des épreuves que nous traversons et Lui en voulons pour cela. Nous ne comprenons pas que les épreuves sont nécessaires à notre progression. Un enfant n’apprend pas à marcher en un jour, il affronte des difficultés, il tombe avant de se relever. Il en va de même dans la vie spirituelle. Ayons la force de remercier Dieu pour les épreuves qui nous permettent de nous relever.

            Nous péchons contre Dieu quand nous Lui adressons des prières automatiques, sans réfléchir à ce que nous Lui disons, comme si nous accomplissions un devoir qui devrait Le satisfaire. Nous péchons quand nous pensons que notre présence aux offices est un sacrifice, alors que ce devrait être l’inverse.

            Nous péchons contre Dieu quand nous oublions à quel point nous sommes pécheurs, quand nous perdons la conscience de nos fautes et estimons que nous ne sommes pas si mauvais que cela. Nous péchons quand nous demandons le pardon de nos fautes sans demander notre guérison, car cela impliquerait des changements dans notre vie que nous ne sommes pas prêts à assumer.

            Nous péchons contre Dieu quand nous essayons de trouver des justifications à nos manquements envers Lui et envers les hommes, quand nous nous mettons nous-mêmes et notre bien-être au centre de nos préoccupations et ne voyons dans notre prochain qu’un instrument à notre service.

            Pardonne-nous, Seigneur, de ne pas T’aimer de tout notre coeur, de toute notre âme et de tout notre esprit et envoie-nous Ton Esprit pour nous guérir de nos infirmités, car nous ne pouvons rien sans Ton aide.

            Nous péchons constamment contre les hommes et contre nous-mêmes quand nous nous mettons en colère, quand nous restons indifférents aux souffrances des autres ou essayons de ne pas les voir pour ne pas être gênés dans notre confort personnel.

            Nous péchons contre les hommes et contre Dieu quand nous jugeons notre prochain. Nous ne nous rendons pas compte de ce que nous demandons dans la prière du Seigneur. En disant: “pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés”, nous signons notre condamnation. Pardonne-nous, Seigneur, comme nous essayons de pardonner notre prochain. Nous péchons aussi quand nous oublions les bienfaits dont nous avons bénéficié de la part de notre prochain, alors que nous gardons en mémoire la moindre vexation que nous avons subie.

            Nous péchons contre notre prochain lorsque nous le jugeons et condamnons ses fautes même réelles ou passons en revue ses faits et gestes en son absence. Pardonne-nous, Seigneur, accorde-nous la maîtrise de nos paroles, et la sagesse de ne dire d’autrui que ce que nous serions capables de lui dire en face. Cham n’avait pas inventé la nudité et l’état d’ébriété de son père Noé, mais il n’en a pas moins été maudit pour s’être moqué de lui.

            Nous péchons contre Dieu, notre prochain et nous-mêmes, car nous détruisons l’image de Dieu en nous quand nous éprouvons de l’envie, quand nous éprouvons une joie mauvaise à la vue des défauts ou des échecs de notre prochain.

            Nous péchons contre notre prochain quand nous ne parvenons pas à aimer ceux qui nous ont fait du mal. Pardonne-nous, Seigneur, et donne-nous la force au moins de ne pas les détester.

            Nous péchons contre nous-mêmes, lorsque poussés par notre orgueil, nous voulons à tout prix avoir raison.

            (prière du père Alexandre Men’):

            “Seigneur, délivre-nous du désir d’éviter les vexations, d’imposer nos opinions, de voir nos conseils acceptés, d’être félicités, d’être loués, d’être respectés, d’être les premiers, d’être aimés, délivre-nous de la peur d’être négligés, d’être soupçonnés, de ne pas être reconnus, d’être mal compris, d’être rejetés, d’être calomniés, d’être humiliés, d’être ridiculisés.

            Aide-nous, Seigneur, à accepter avec amour et à supporter que d’autres soient mieux considérés que nous, que l’on ne nous remarque pas alors que d’autres ont des marques d’attention, que nous n’ayons pas la première place, que l’on nous préfère d’autres personnes, …

            Accorde-nous, Seigneur la grâce de l’humilité et de l’amour”.

            Nous péchons contre Dieu et contre nous-mêmes quand nous éprouvons de la vanité, de la suffisance, quand nous avons des pensées impures, quand nous employons des mots choquants alors que nous aurons à répondre de toute parole que nous aurons prononcée, quand nous nous livrons à des excès en tous genres dans les domaines de l’alimentation, de la boisson ou des distractions alors que ces excès détruisent notre vie sur les plans matériel et spirituel.

            Nous péchons contre Dieu, contre notre prochain et contre nous-mêmes quand par notre négligence ou notre consommation excessive nous contribuons à la destruction de la planète qui nous été confiée par Dieu, ou à l’appauvrissement des populations qui sont déjà pauvres.

            Nous savons que nous sommes faibles et que nous ne pouvons rien faire sans Ton aide, Seigneur. Envoie-nous Ton Esprit afin qu’Il nous guide dans notre vie, qu’Il nous guérisse de nos infirmités et nous permette de communier aujourd’hui sans que cela nous soit un jugement ou une condamnation.

Amen

La prière pénitentielle qui a été proposée pendant le carême pour permettre, entre autres, une meilleure préparation à la communion a été parfois perçue comme culpabilisante. C’est un bien si l’on ne reste pas au seul aspect culpabilisant qui n’est qu’un moyen pour aider à progresser dans la vie spirituelle.

Cette prière est une liste très incomplète des péchés que nous commettons tous à un moment ou un autre, parfois en permanence. Elle est un rappel douloureux de notre situation de pécheurs. Les Ecritures insistent sur les deux commandements essentiels – il faut aimer Dieu et aimer son prochain. Tous les autres commandements en découlent. Si l’on s’en tient à une vision superficielle de notre situation, la conclusion est que nous ne nous en tirons pas si mal. Dans les milieux chrétiens, à de très rares exceptions près, qui va penser ou dire qu’il n’aime pas Dieu et qu’il n’aime pas son prochain ? A la rigueur, il n’est pas trop difficile d’admettre que l’on n’aime pas trop un prochain concret. Si on l’admet, on ajoute immédiatement les raisons objectives pour lesquelles ce prochain n’a que ce qu’il mérite – de notre part. Il y deux types de christianisme – l’un qui apaise, qui tranquillise, qui n’incite pas trop à se poser de questions, en un mot qui endort. C’est l’attitude du frère de l’enfant prodigue, c’est celle du jeune homme riche qui observe les commandements et demande au Christ ce qu’il faut faire de plus pour obtenir le Royaume. Il y a un autre christianisme qui est beaucoup plus dérangeant, qui nous place constamment devant nos responsabilités, qui nous met dans une situation d’instabilité permanente. C’est le vrai christianisme, mais nous avons une sainte horreur de l’instabilité, du déséquilibre qu’elle engendre. Nous voulons des résultats concrets et définitifs, nous avons soif de compliments et de signes qui nous indiquent que nous sommes sur la bonne voie. Or rien n’est acquis définitivement. La vie spirituelle est un combat permanent, elle exige un travail sur soi constant dont on ne voit pas la fin. C’est le contraire du repos, c’est l’inverse de ce à quoi tout le monde aspire naturellement.

Dans son immense sagesse l’Eglise-institution prévoit des plages d’activité spirituelle plus intense – les carêmes, les mercredis et les vendredis, c’est à dire près de la moitié de l’année, et des plages de repos relatif, parce que personne n’est capable de fournir des efforts intenses et continus sur toute une vie. Et si quelqu’un était capable de le faire, il y aurait de fortes chances pour qu’il sombre dans l’orgueil. C’est l’orgueil qui a fait tomber le premier homme. L’attitude chrétienne, c’est de prendre conscience de nos innombrables fautes, c’est aussi d’avoir l’humilité des saints qui ont compris que seuls, sans l’aide de l’Esprit, nous ne sommes capables de rien. En cas d’amélioration, le seul mérite que nous puissions nous attribuer est celui d’avoir laissé l’Esprit agir par notre intermédiaire. Cela va contre notre nature profonde et ce n’est pas gratifiant. Cela ne devient gratifiant que lorsque nous avons procédé à une révision complète de nos valeurs, quand nous sommes passés d’un christianisme de confort à un christianisme authentique. Le Christ nous a avertis – la voie est étroite, le chemin est difficile, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Le but qui nous est fixé est impossible à atteindre. Mais ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu. Il pallie nos insuffisances. Nous sommes aussi infiniment imparfaits que Dieu est parfait. Acceptons l’aide que Dieu offre en permanence et laissons agir l’Esprit Saint en nous. Nous n’atteindrons jamais la perfection, mais nous avancerons sur la bonne voie. Il y aura des chutes et des rechutes. Si notre progression nous paraît facile, c’est que nous faisons fausse route, mis à part quelques instants trop rares de grâce particulière qui sont donnés pour permettre de tenir. Demandons à l’Esprit la force de ne pas dévier, d’accepter les chutes comme un mal nécessaire pour nous rappeler notre imperfection. La notion de repos éternel suppose que, de notre vivant, le repos sur le plan spirituel n’est pas vraiment prévu. Et n’oublions pas que le Christ n’est pas venu pour ceux qui se prétendent justes, mais pour ceux qui se reconnaissent pécheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *