Fondation du Patrimoine

Pour voir le dépliant de la Fondation du Patrimoine dans sa version complète, avec les photos, cliquer sur « Bulletin de souscription avec contreparties » (en bleu) à la fin de l’article.

PRÉSENTATION DE LA FONDATION DU PATRIMOINE – SOUSCRIPTION

FAITES UN DON ! www.fondation-patrimoine.org/59277

Créée par la loi du 2 juillet 1996 et reconnue d’utilité publique par un décret du 18 avril 1997, la Fondation du patrimoine a pour mission première l’identification, la conservation, la restauration et la valorisation du patrimoine local, public ou privé, édifié au cours des siècles et témoignant de l’art de vivre et de l’architecture de nos régions (maisons, fermes, lavoirs, fontaines, églises, chapelles, pigeonniers, moulins, ponts…).

La conservation de ce patrimoine de proximité, le plus souvent non protégé par l’État, est de la responsabilité de tous.

La Fondation du patrimoine contribue au développement et à l’attractivité des territoires : elle mobilise toutes les énergies, tant collectives (associations, collectivités territoriales, entreprises) qu’individuelles, autour de programmes concertés de restauration et de valorisation de patrimoine bâti, mobilier et naturel, en apportant un soutien tout particulier aux projets créateurs d’emplois qui favorisent la transmission des savoir-faire.

Dans votre région, un réseau de délégués bénévoles agit au quotidien, afin de mettre en valeur la richesse et la diversité de notre patrimoine. Leur investissement sur le terrain tisse des liens avec des partenaires locaux toujours plus nombreux améliorant ainsi leur efficacité dans l’aide à la restauration de cet héritage et dans la sensibilisation à sa connaissance.

Fondation du patrimoine Champagne-Ardenne

21, Rue Andrieux BP 2738 51060 Reims cedex Tél : 03 26 97 81 72 Email : champagneardenne@fondation-patrimoine.org

Association Cultuelle Orthodoxe Saint Nicolas, 12, Sentiers des Grèves 10410 Saint Parres-aux-Tertres

Association Culturelle Saint Frobert, 6 Rue du Commandant Charcot 10120 Saint André les Vergers

GRANGE ORTHODOXE CHAMPENOISE –
Saint André les Vergers (Aube)

NOM ou SOCIETE : ………………………………………………………………. Adresse : …………………………………………………………………………….. Code postal : ……………… Ville : ……………………………………………. E-mail : ……………………………………………………………………………….. Tél. : …………………………………………………………………………………….

Votre reçu fiscal vous sera adressé par e-mail*.

BON DE SOUSCRIPTION GRANGE ORTHODOXE ST ANDRE LES VERGERS

Oui, je fais un don de ….. euros pour aider à la restauration de la Grange orthodoxe de St André les vergers et je bénéficie

d’une réduction d’impôt pour l’année en cours et j’accepte que mon don soit affecté à un autre projet de sauvegarde du patrimoine ou au fonctionnement de la Fondation du patrimoine, si le projet n’aboutissait pas dans un délai de cinq années après le lancement de la présente souscription conformément au dossier validé initialement par la Fondation du patrimoine, si la collecte dépasse la part restant à la charge du porteur de projet ou si celle-ci était inactive (absence d’entrée ou sortie de fonds) pendant un délai de deux ans.

Je souhaite bénéficier d’une réduction d’impôt au titre de l’impôt :

sur le revenu OU sur la fortune immobilière OU sur les sociétés

Pour les particuliers, votre don ouvre droit à une réduction :

– de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don et dans la limite de 20% du revenu imposable.
Exemple : Un don de 100 € = 66 € d’économie d’impôt.

– OU de l’impôt sur la fortune immobilière à hauteur de 75% du don dans la limite de 50 000 € (cette limite est atteinte lorsque le don est de 66 666 €).
Exemple : Un don de 100 € = 75 € d’économie d’impôt.

Pour les entreprises, réduction d’impôt de 60% du don et dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires HT.
Exemple : Un don de 500 € = 300 € d’économie d’impôt.

RESTAURATION DE LA GRANGE ORTHODOXE

Territoire d’art et d’histoire, l’agglomération troyenne attache une importance capitale à la conservation de son patrimoine et de sa culture. Les constructions alliant pan de bois et torchis font la fierté de la région.

La grange concernée, située à Saint André les Vergers, est caractéristique, par son plan et sa forme, de l’architecture vernaculaire de la fin du 18ème siècle. Ses dimensions modestes, présentent les éléments de base d’un édifice construit avec des bois locaux pour répondre aux besoins du monde agricole de l’époque. Son extension « en basse- goutte » côté ouest est également le reflet de ces granges recevant à la fois les animaux et les réserves de fourrage. Construit dans la simplicité, ce bâtiment est dans la continuité de l’habitat des 16ème et 17ème siècles, comme la grange de Montreuil sur Barse, ou celle de Saint Jean de Bonneval du 16ème siècle, aujourd’hui démolie. Les remplissages (tournisses et anciens torchis) permettaient de refermer l’enveloppe sous une toiture, très certainement couverte en chaume à l’époque.

Le projet consiste à réhabiliter ce lieu pour offrir un lieu de culte approprié à la communauté orthodoxe de tradition russe dans l’Aube. Fondée en 1932 par des émigrés russes, la paroisse orthodoxe Saint-Nicolas-en-Champagne avait alors construit une église en bois sur un terrain concédé par la teinturerie Clément Marot, qui employait de nombreux Russes. Une bombe la détruisit en 1940. Les protestants prêtèrent alors un local aux orthodoxes, qui seront ensuite hébergés par les catholiques dans divers sites. Un projet né en 2014, concrétisé en 2015 par un bail emphytéotique signé par le diocèse de Troyes et la communauté orthodoxe, met à disposition de celle-ci cette grange champenoise typique. Elle sera ouverte à tout public et nécessite des travaux de restauration.

L’association cultuelle Saint Nicolas et l’Association culturelle Saint Frobert soutiennent ce projet. N’hésitez donc pas à nous rencontrer et soutenir notre action par votre don. Votre aide nous est précieuse, vous bénéficierez d’une déduction d’impôt et un reçu fiscal vous sera envoyé par la Fondation du patrimoine.

COMMENT FAIRE VOTRE DON ?

Paiement par chèque : Envoyez ce bon de souscription complété et accompagné de votre règlement. merci de libeller votre chèque à l’ordre de « Fondation du patrimoine – Grange orthodoxe de St André les vergers ». Le reçu fiscal sera établi à l’attention de l’émetteur et envoyé à l’adresse figurant sur le chèque.

Paiement en espèces : Envoyez ce bon de souscription et complétez vos coordonnées auxquelles nous vous adresserons votre reçu fiscal

Paiement en ligne : Faites votre don en ligne sur notre site internet sécurisé :

www.fondation-patrimoine.org/59277

Flashez ce QR code à l’aide de votre smartphone et faites immédiatement un don pour ce projet. Le QR code est visible sur le bulletin de souscription avec contreparties, quand on clique sur le lien (en bleu) en fin d’article.

CONTREPARTIES :

Pour un don à partir de 50 € – une carte photo personnalisée du bâtiment après restauration.

Pour un don à partir de 500 € – contrepartie précédente et indication du nom sur une plaque qui sera fixée sur le bâtiment.

Pour un don à partir de 1 000 € – contreparties précédentes et invitation à l’inauguration officielle du bâtiment.

* Si vous souhaitez recevoir votre reçu fiscal par courrier, merci de cocher la case ci-contre.

Les informations recueillies sont nécessaires à la gestion de votre don. Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au service administratif de la Fondation du patrimoine. Seul le maître d’ouvrage de la restauration que vous avez décidé de soutenir sera également destinataire; toutefois si vous ne souhaitez pas que nous lui communiquions vos coordonnées et le montant de votre don, veuillez cocher la case ci-contre.

En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent ainsi que d’un droit de suppression de ces mêmes données. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez-vous adresser à la Délégation Champagne Ardenne dont vous dépendez.

La Fondation du patrimoine s’engage à reverser au maître d’ouvrage les sommes ainsi recueillies nettes des frais de gestion évalués forfaitairement à 6% du montant des dons.
Les personnes ayant reçu le label de la Fondation du patrimoine ne pourront pas bénéficier d’une réduction d’impôt pendant toute la durée d’effet dudit label. Les entreprises travaillant sur ce chantier de restauration ne pourront pas faire un don ouvrant droit à une réduction d’impôt.

CALENDRIER DES OFFICES 2018-2019

Vêpres à 18 h                                              Liturgies à 10 h 30

samedi 15 septembre 2018                            dimanche 16 septembre 2018

samedi 13 octobre 2018                                 dimanche 14 octobre 2018

samedi 10 novembre 2018                             dimanche 11 Novembre 2018

Saint Nicolas Fête paroissiale:

samedi 8 décembre 2018                                 dimanche 9 décembre 2018

dimanche 6 janvier 2019 : vêpres et matines de Noël à 17h30

samedi 19 janvier 2019                                    dimanche 20 janvier 2019 : Théophanie

samedi 9 février 2019                                       dimanche 10 février 2019

dimanche 10 mars:   début du Grand- Carême Vêpres du Pardon à 18h00

lundi 11 mars liturgie des Présanctifiés à 18h00

samedi 30 mars 2019                                         dimanche 31 mars 2019

dimanche 28 avril à 17h00 matines de Pâques, suivies de la liturgie pascale

samedi 18 mai 2019                                            dimanche 19 mai 2019

samedi 22 juin 2019                                             dimanche 23 juin 2019

 

Le calendrier pouvant être sujet à modifications, vérifiez les dates avant les offices sur le

site : www.orthodoxie-troyes.fr

contacts:

André Krementzoff   Recteur tél. : 01 47 49 25 14  andrekr@wanadoo.fr

Anastasios Kokkalas 18 rue des Dames Sainte Savine tél. : 06 75 22 17 19 anastasios.kokkalas@free.fr

Paul Southarewsky 5 rue du Bois 10320 Bouilly tél. : 03 25 76 69 18 southarewsky.michele@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

                                          

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Calendrier des Offices 2017-2018

Vêpres à 18 H Divines Liturgie à 10 h30

samedi 16 septembre 2017 dimanche 17 septembre 2017 Participation à la kermesse diocésaine

samedi 7 et dimanche 8 octobre 2017
samedi 14 octobre 2017 dimanche 15 octobre 2017

samedi 11 novembre 2017 dimanche 12 novembre 2017 Fête paroissiale (report de la St Nicolas)

samedi 9 décembre vêpres à 18 h et dimanche 10 décembre liturgie à 10h30

Fête de la Nativité dimanche 7 janvier 2018 : matines de Noël suivies de la liturgie à 10 h

Fête de la Théophanie : samedi 20 janvier vêpres 18 h et dimanche 21 janvier liturgie 10h30

dimanche 18 février 2018 Vêpres du Pardon à 18 h30 lundi 19 février Canon de St André de Crête à 18 h

samedi 17 mars 2018 dimanche 18 mars 2018

dimanche 8 avril 2018 : matines pascales et Liturgie de Pâques à 17h30 suivies d’agapes

samedi 5 mai 2018 dimanche 6 mai

samedi 2 juin 2018  dimanche 3 juin

samedi 30 juin 2018 dimanche 1-er juillet

Le calendrier pouvant être sujet à modifications, vérifier les dates avant les offices sur le site www.orthodoxie-troyes.fr qui sera régulièrement mis à jour à partir de septembre

Contacts

P. André Krementzoff Recteur tel 01 47 49 25 14 andrekr@wanadoo.fr
Anastasios Kokkalas tel 06 75 22 17 19     18, rue des Dames Ste Savine anastasios.kokkalas@free.fr
Paul Southarewsky tel 03 25 76 69 18    5, rue du Bois 10320 Bouilly southarewsky.michele@orange.fr

projet de calendrier 2016-2017

Samedi 17 / Dimanche 18 septembre : vêpres / liturgie
Samedi 15 / Dimanche 16 octobre : vêpres / liturgie
Samedi 12 / Dimanche 13 novembre : vêpres / liturgie
Samedi 10 / Dimanche 11 décembre : vêpres / liturgie
Samedi 24 ou dimanche 25 décembre (en attente d’une hypothétique solution)
Samedi 14 / Dimanche 15 janvier : vêpres / liturgie
Dimanche 26 février soir: 18h30: vêpres du Pardon
Lundi 27 février: 18h00: liturgie des Dons Présanctifiés
Samedi 18 / Dimanche 19 mars : vêpres / liturgie
Lundi 20 mars: 18h00: lecture du Canon de Saint André de Crête
Dimanche 16 avril: Matines et liturgie de Pâques à 18h00
Jeudi 25 mai : liturgie de l’Ascension à 11h00 (pas de vêpres la veille)
Samedi 24 / Dimanche 25 juin : vêpres / liturgie

Appel aux dons

Des chrétiens orthodoxes de Troyes ont besoin de soutien.

La paroisse Saint Nicolas de Troyes a été fondée en 1932 par des émigrés venant de Russie. Le propriétaire d’une usine où travaillaient de nombreux ouvriers russes leur a cédé un terrain où ils ont pu construire une église orthodoxe en bois. Cette église a été détruite par une bombe allemande en 1940. Après la Libération, la communauté orthodoxe a pu se réunir pour célébrer des offices d’abord dans un local prêté par nos frères protestants, puis dans différentes églises prêtées par nos frères catholiques. Jusqu’à présent, nos offices sont célébrés dans la chapelle Saint Jean-Baptiste que nous partageons avec une communauté catholique de quartier, elle-même faisant partie de la paroisse de Saint Nizier. Le samedi soir, nous aménageons la chapelle pour nos vêpres et la liturgie dominicale et remettons tout en place le dimanche après la liturgie.

Avec l’aide des délégués à l’œcuménisme, nous cherchons depuis quelques années un endroit ou un local que nous pourrions transformer en église orthodoxe et où nous pourrions nous installer définitivement.

Il y a deux ans, Monseigneur Marc Stenger, évêque de Troyes, nous a proposé une grange auboise après avoir recueilli les avis des responsables de la paroisse de Saint André, son Curé, son Equipe pastorale paroissiale et son Conseil paroissial des affaires économiques. Nous avons accepté cette offre généreuse. La grange, de style architectural champenois, est protégée. Avant de pouvoir l’occuper, nous devons réparer la toiture et effectuer de nombreux travaux de mise en conformité, exigés par la loi, tout en respectant son aspect extérieur.

L’architecte, Maitre Juvenelle, a évalué les frais à 250 000 euros. Une partie des travaux les plus simples pourront être effectués par une équipe de paroissiens pour réduire la somme à rassembler. Notre paroisse est loin d’être riche. Nous avons besoin de votre aide, même la plus modeste. Notre communauté est reconnue comme association cultuelle par la Préfecture de l’Aube – tout don fera l’objet d’un reçu fiscal. Le nom de chaque donateur figurera sur la liste des bienfaiteurs, mentionnés par le prêtre au cours de la préparation de chaque liturgie dominicale. Nous vous remercions à l’avance,

Le marguilier (responsable laïc de la paroisse), le conseil paroissial et l’archiprêtre André Krementzoff, recteur de la paroisse Saint Nicolas en Champagne, de l’Exarchat de tradition russe du Patriarcat Œcuménique.

Vous pouvez adresser un chèque, libellé à l’ordre de « l’Association cultuelle orthodoxe » à notre Trésorier : M. Paul Southarewsky 5, rue du Bois 10320 Bouilly ou faire un virement sur le compte de l’Association cultuelle orthodoxe
 St Nicolas en Champagne :

IBAN: FR52 2004 1010 0200 7514 8H02 329

BIC: PSSTFRPPCHA
Banque Postale – centre financier 54900 Nancy cedex 9

 

5-ème dimanche de carême Troyes 2016

 Dimanche prochain, nous fêterons l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem qui sera suivie de la semaine de la Passion qui aboutira à la fête de la Résurrection du Christ. Le Grand carême est un temps de prière, de jeûne et de méditation. Pendant le carême, nous essayons de vivre comme nous devrions vivre en permanence, tout le reste de l’année. Faisons le point. En quoi nous distinguons-nous de ceux qui ne sont pas chrétiens ? En quoi nous distinguons-nous des chrétiens dont le chemin est plus ou moins différent du nôtre, même si nous allons dans la même direction ? Et enfin, sommes-nous vraiment ecclésialisés ?

L’ecclésialisation de notre vie, préconisée par nos prédécesseurs dans l’Archevêché, fait partie de l’héritage que nous avons reçu du Concile de Moscou de 1917-1918. La racine de ce mot est « ecclesia » – « église » en grec. L’Eglise, cette construction mystique dont le Christ est la tête et les vivants et les défunts sont le corps, est aussi l’institution humaine, fondée par le Christ. L’ecclésialisation de notre vie est notre participation à cet édifice à la fois mystique et humain. Elle est un mode de vie, complété par une prière, par un dialogue avec Dieu à la fois individuel et collectif. L’ecclésialisation ne s’arrête pas dès que nous sommes sortis de l’église avec un « e » minuscule. Elle se manifeste aussi, ou ne se manifeste pas dans notre quotidien.

Quelle part accordons-nous à « l’individuel », quelle part accordons-nous au « collectif », et à l’Eglise-institution ? La tentation est grande de se passer d’intermédiaire, avec l’illusion que l’on peut avoir, tout seul, une relation directe avec Dieu. Dans la prière que le Christ nous a léguée, nous n’utilisons que la première personne du pluriel – nous nous adressons à « notre Père». Dans la prière à l’Esprit Saint, dans la prière au Roi céleste, c’est aussi le « nous » qui est utilisé. Dans ces deux prières, il ne s’agit pas d’un « nous » littéraire, il s’agit d’un « nous » collectif qui désigne l’ensemble que nous constituons dans l’Eglise. Le Christ a dit à Ses disciples que « là où deux ou trois seraient réunis en Son Nom, Il serait au milieu d’eux ». C’est en s’appuyant sur ces paroles qu’au cours de la liturgie, le célébrant annonce aux fidèles : « le Christ est parmi nous » et qu’ils répondent : « Il est et Il sera ». Que ce soit dans les litanies ou dans presque toutes les prières, la 1-ère personne du pluriel prédomine très nettement sur la première du singulier. Nous ne passons à la première personne du singulier, nous ne passons au « je », qu’à deux moment de la liturgie : dans le credo : « Je crois en un seul Dieu, (…) et dans la prière avant la communion : « Je crois, Seigneur et je confesse, que Tu es en vérité le Christ, le Fils du Dieu vivant, venu sauver les pécheurs dont je suis le premier ». Le « je » est la marque d’un engagement personnel. Mais nous nous engageons tous ensemble.

Quelles conclusions peut-on tirer de tout cela ? La foi ne peut être qu’individuelle, mais elle n’a aucun sens si elle est centrée sur notre seule personne. La prière doit également, impérativement, être collective. On ne peut faire abstraction de son prochain. D’ailleurs, un prêtre orthodoxe n’a pas le droit de célébrer seul. L’Esprit est, certes, présent en tout lieu, et la prière individuelle est nécessaire et incontournable. Mais le Christ nous demande de la compléter par une prière collective, dont nous ne pouvons faire l’économie. L’une ne va pas sans l’autre. Et la vie spirituelle est plus que bancale, si l’on privilégie la prière individuelle, si l’on estime que l’on peut se passer de la prière collective en Eglise.

Dans la liturgie de Saint Basile nous prions pour ceux qui se sont absentés pour « de justes raisons », pour des raisons de santé ou de force majeure. Cela veut dire que dans la plupart des cas, quand nous n’allons pas aux offices pour «convenances personnelles», pour ne pas dire autre chose, nous nous mettons en dehors de l’Eglise (avec un E majuscule). Le carême est là pour nous aider à retrouver le bon chemin, essayons d’en tirer profit, sans oublier que dans notre paroisse, avec des vêpres et une liturgie mensuelles, le régime est plus que léger par rapport aux normes orthodoxes en vigueur. Gardons à l’esprit que les offices nous apportent plus de bienfaits qu’ils ne nous demandent d’efforts, et que les négliger est dangereux sur le plan spirituel.

Dimanche de Zachée  Troyes 02 / 2016   Lc 19, 1-10

         Nous sommes tous des « Zachée ». Mais qui était Zachée ? Il était le représentant de tout ce qui était rejeté par ses contemporains. Il était riche dans une région où presque personne ne l’était, dans une région où une vie frugale, une vie modeste était la norme. Et sa richesse était le résultat de malversations. La plupart d’entre nous n’entrent ni dans la catégorie des riches, ni dans celle des voleurs en cols blancs. Alors en quoi sommes-nous des Zachée ? Nous le sommes, parce que nous nous péchons en permanence, parce que nous sommes tous des pécheurs. Si nous n’en avons pas conscience, il faudrait alors que nous nous inspirions de l’humilité de Zachée – il veut absolument voir le Christ, mais ne se sent pas digne de l’approcher. Il ne se met pas au premier rang à Son passage, comme il pourrait le faire en tant que notable, il grimpe sur un arbre, sans avoir peur du ridicule. Il fournit un effort inouï – imaginez le directeur des impôts ou un haut-fonctionnaire de Troyes grimpant sur un réverbère ou un arbre, au passage d’un prédicateur qui prêcherait dans les rues de la ville. Notre présence aux offices, elle ne demande pas ce genre d’effort, et pourtant …

Il faudrait aussi que nous nous inspirions de la conversion de Zachée. Il est tellement surpris que le Christ S’invite à Sa table qu’il décide de changer de vie. Lorsque nous participons à la liturgie, nous aussi répondons à l’invitation de Dieu qui nous invite chez Lui, dans Ses demeures que sont les églises de pierre ou de bois bâties par les hommes pour L’accueillir. En cela, nous invitons également le Christ à venir chez nous, et en nous. L’invitation est double, mutuelle.

Il arrive parfois, malheureusement, qu’à l’invitation à la liturgie, soient préférées les invitations du monde. Nous rendons-nous compte de ce que cela signifie ? Aurions-nous honte de donner la priorité à la vie ecclésiale ? Ressentons-nous le même sentiment d’indignité qu’a éprouvé Zachée, ou bien oublions-nous à quel point nous sommes pécheurs, à quel point nous sommes loin de la perfection à laquelle nous sommes appelés – ce qui devrait nous empêcher de dormir ? Estimons-nous que c’est à nous que le Christ devrait être redevable, parce que nous avons sacrifié notre dimanche matin ? Et si, par bonheur, ce n’est pas le cas, si nous nous rendons compte que nous ne méritons pas plus l’indulgence du Christ, que Zachée ne l’a méritée, que faisons-nous en sortant de l’église, que faisons-nous après l’office, dans notre quotidien, pour changer notre vie, comme Zachée a changé la sienne, pour mettre notre vie le plus possible en accord avec ce que Dieu attend de nous ?

Dieu n’attend pas de nous que nous devenions parfaits, Il sait, et les apôtres savaient que cela est impossible, mais Il attend que nous fournissions au moins des efforts, et sans attendre une quelconque récompense.

Les portes du Royaume sont étroites, le Christ les a comparées à celle d’une porte d’entrée à Jérusalem, trop basse pour que les chameaux puissent passer debout et avec leur chargement. Et dans la parabole du « Serviteur inutile », Il nous fait comprendre que si nous parvenons à quelques résultats, nous ne faisons que ce qu’il faut et ne devons en attendre aucune gloire. Malgré ces deux avertissements formulés par des paraboles, continuons de fournir des efforts, même si nous ne constatons que peu de progrès, sachant que si nous le faisons, Dieu compensera nos insuffisances, parce que ce qui est impossible aux hommes et possible à Dieu.

Nous allons entrer la semaine prochaine en période de pré-carême. Il est difficile à raison d’un office par mois de s’en rendre compte. La lecture, en fonction des possibilités de chacun des textes quotidiens, ou au moins hebdomadaires, indiqués dans le calendrier liturgique, aide à cette préparation. Le chemin vers l’ascèse physique est lui aussi progressif. Il se fait en douceur. Le dimanche 6 mars est celui du carnaval c’est à dire de l’adieu à l’alimentation carnée. Commence alors la semaine des laitages et du poisson, auxquels on renonce à leur tour le dimanche du Pardon.